mardi 4 avril 2017

NOUVELLE AQUITAINE Le réseau territorial de prévention du suicide (Rets) officiellement lancé

Le réseau territorial de prévention du suicide officiellement lancé 
Charente Libre  Charente Limousine, lundi 3 avril 2017, p. 37

Le Réseau territorial de sentinelles (Rets) destiné à la prévention du suicide, a été officiellement lancé jeudi après-midi, à l'amphithéâtre de la CDC de Charente limousine, en présence d'une centaine de personnes. Et si le choix du lieu de présentation du dispositif s'est porté sur Confolens c'est bien parce que le suicide touche tout particulièrement la Charente limousine.

Valérie Proust, directrice-adjointe du centre hospitalier spécialisé Camille-Claudel, et Brigitte Fouré, vice-présidente du conseil départemental, ont rendu hommage aux 200 sentinelles formées durant ces dernières années. Ainsi qu'aux chevilles ouvrières et co-animateurs du Rets, dont Patrick Rivière, infirmier en psychiatrie et santé mentale à Camille-Claudel et formateur, Gaëlle Lefrère, responsable de la Maison des solidarités de Charente limousine, et Arnaud Jodier, psychologue clinicien.

Sur les sentinelles formées, sept d'entre elles ont reçu une formation complémentaire dispensée par Arnaud Jodier pour constituer une cellule d'alerte qui permet d'orienter la personne suicidaire vers des structures de soins.

La présentation du Rets s'est poursuivie par la projection d'un film proposé par Corine Rondel, cadre de santé au centre hospitalier Marius-Lacroix de La Rochelle, puis par une représentation théâtrale. En trois actes, quatre personnes de la cellule d'alerte ont mis en situation une personne en souffrance et son entourage.

Autre article

Charente Limousine, mardi 28 mars 2017, p. 23

Les sentinelles anti-suicide sont sur le qui-vive

Le réseau territorial de sentinelles de prévention du suicide est en place en Charente limousine n Un dispositif unique en Nouvelle-Aquitaine présenté jeudi à Confolens.
page 23
François GOUBAULT

«Le fruit de trois ans de travail et de collaboration avec les 200 personnes de Charente limousine formées à la prévention du suicide ces quinze dernières années» . Jeudi après-midi dans l'auditorium de la communauté de communes à Confolens (1) , Patrick Rivière présentera à une centaine de personnes le réseau territorial de sentinelles (Rets) de prévention du suicide aujourd'hui fonctionnel. Un an après les dernières formations qu'il a dispensées.
Un réseau de sentinelles, «d'ambulanciers psychiques» , compare Patrick Rivière, infirmier en psychiatrie et santé mentale du centre hospitalier spécialisé Camille-Claudel de La Couronne. Coordonnateur de la prévention du suicide en Charente, il présentera ce dispositif désormais implanté sur le territoire charentais le plus touché par la mortalité par suicide.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Là où le suicide touche 16 personnes pour 100.000 habitants en France, il touche 24 personnes en Charente limousine, et plus encore sur le secteur de Roumazières. «Et on sait que ces données officielles sont sous-estimées de 15 à 20%» , ajoute Patrick Rivière.
Ce Rets - acronyme en référence à ce filet utilisé pour la pêche ou la chasse - s'appuie sur des personnes en contact, professionnellement ou par voie associative, avec les populations à risque. En l'occurrence des ados et jeunes adultes, personnes entre 45 et 55 ans, personnes âgées, chefs d'entreprise ou agriculteurs.
Cellule d'alerte
Ce réseau a été mis en place en étroite collaboration avec Gaëlle Lefrère, assistante sociale et responsable de la Maison des solidarités de Charente limousine, émanation du conseil départemental. Elle-même a été formée par Patrick Rivière il y a six ans. «Sans elle, rien n'aurait été possible» , salue-t-il.
L'objectif des membres du réseau est d'évaluer dans la discussion l'intensité de la souffrance de la personne à travers différents symptômes: troubles du sommeil, de l'alimentation, recours à l'alcool, aux stupéfiants, etc. «Ce que j'appelle une cueillette d'informations, reprend Patrick Rivière. Elle passe également par les histoires de vie et l'évaluation de l'urgence d'intervention en posant la question directe: " Souffrez-vous d'idées suicidaires ? " » .
Si c'est le cas, la sentinelle, armée de sa fiche d'évaluation, entre en relation avec l'une des sept membres de la cellule d'alerte. A la référente de juger s'il s'agit d'une urgence absolue et d'orienter le cas échéant la personne en détresse vers la structure adéquate. «Il en existe deux principales en Charente: le Lieu-dit à Angoulême et l'Unité d'accueil d'orientation et centre de crise [UAOCC] à La Couronne. Mais aussi les huit centres médico-psychologiques du département dont un est implanté à Roumazières (2) », précise le coordonnateur en insistant sur le fait que ce dispositif «ne coûte rien, juste l'engagement personnel des uns et des autres» .
(1) Le lancement officiel aura lieu de 14 heures
à 17 heures et sera ouvert par les interventions
de Valérie Proust, directrice adjointe du CHS Camille-Claudel et Brigitte Fouré,
première vice-présidente du conseil départemental.
(2) Lieu-dit au 05.45.38.49.49; UAOCC
au 05.45.67.58.00; centres médico-psychologiques au 05.45.23.25.44 (La Rochefoucauld)
ou 05.45.84.19.73 (Roumazières).

1 commentaire:

  1. Excellent travail. Nous souhaiterions implanter un dispositif similaire dans le 31 avec l'association Christophe.

    RépondreSupprimer