vendredi 14 avril 2017

NOTICE ARTICLE ETUDE RECHERCHE Prévention de la récidive suicidaire à l’adolescence par SMS ou autre media

Communication Prévention de la récidive suicidaire à l’adolescence par SMS ou autre media
Fabienne Ligier a, b, , , Francis Guillemin b, c, Bernard Kabuth a
 a Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, centre psychothérapique de Nancy, Laxou, hôpital d’enfants, CHRU de Nancy, rue du Morvan, 54505 Vandoeuvre-lès-Nancy cedex, France
b EA 4360 Apemac, université de Lorraine, 54500 Vandoeuvre-Les-Nancy, France
c Inserm CIC-EC 1413, 54500 Vandoeuvre-Les-Nancy, France
Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique
Available online 14 April 2017
In Press, Corrected Proof

Résumé
Prévenir la récidive suicidaire chez l’adolescent est l’une de nos préoccupations lorsque nous recevons un jeune patient dans les suites d’une tentative de suicide. En effet, la récidive suicidaire reste importante, comprise entre 14 % et 28 % dans l’année suivant la tentative de suicide étudiée. Dans ce but, les recommandations préconisent un suivi suffisamment long et valorisent le maintien du lien avec le service de soins, ce qui est loin d’être aisé auprès d’adolescents qui n’ont souvent aucune demande de soins. Cette communication présente tout d’abord brièvement trois études menées auprès d’adolescents suicidants. La première étude porte sur le poids de la récidive suicidaire sur le devenir des adolescents ; la deuxième porte sur l’impact de ne plus être joignable par les équipes de soins à un an d’une tentative de suicide et la troisième sur les modalités d’utilisation des média par les adolescents suicidants. Ces études convergent finalement vers une idée : l’intérêt de la mise en place d’un dispositif de veille en postvention. Enfin, le dispositif de veille MEDIACONNEX est présenté, dispositif basé sur l’envoi de messages par SMS ou tout autre média qui sera évalué à partir d’un essai contrôlé randomisé.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003448717301154

1 commentaire:

  1. Il me semble que le Pr Walter fait des essais dans ce sens. Il serait souhaitable de travailler avec lui.

    RépondreSupprimer