mardi 17 juin 2014

RECHERCHE SUICIDE ET CRISE Amérique du Nord et en Europe

D'après une étude de Université d'Oxford de sociologie plus de 10.000 suicides en Amérique du Nord et en Europe seraient liée à la crise économique


D'après article "Recession linked to more than 10,000 suicides" Mary Elizabeth DallasHealthDayJune 12, 2014  http://www.cbsnews.com/news/recession-linked-to-more-than-10000-suicides-in-north-america-europe/La Grande Récession qui a commencé en 2007 semble avoir un bilan bien plus que financier. Une nouvelle recherche suggère que le ralentissement économique pourrait être lié à plus de 10.000 suicides en Amérique du Nord et en Europe.L'étude a révélé qu'entre 2008 et 2010, les taux de suicide ont fait un bond dans l'Union européenne, le Canada et les États-Unis. L'augmentation est quatre fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes, selon le rapport publié dans le numéro actuel de la British Journal of Psychiatry."Il y a eu une augmentation importante du nombre de suicides au cours de la récession, plus grande que nous avions prévu sur la base des tendances antérieures», a déclaré dans un communiqué de nouvelles des universités l'auteur principal, le Dr Aaron Reeves, du département de l'Université d'Oxford de sociologie, .Dans le cadre de l'étude, des chercheurs de l'Université d'Oxford et la London School of Hygiene and Tropical Medicine a examiné les données de l'Organisation mondiale de la Santé sur les suicides . Les données comprenaient 24 pays de l'Union européenne ainsi que le Canada et les États-Unis.Les chercheurs ont constaté une inversion de la baisse des suicides dans l'Union européenne, qui a coïncidé avec le début de la crise économique en 2007. Depuis 2009, les suicides ont augmenté de 6,5 pour cent.L'étude a révélé que pendant cette période, les suicides au Canada ont augmenté de 4,5 pour cent entre 2007 et 2010. Aux États-Unis il y avait une augmentation de 4,8 pour cent.Selon les auteurs de l'étude, ces chiffres sont des estimations "conservatrices". Ils ont dit que le nombre réel de suicides depuis le début de la récession sont probablement beaucoup plus élevés que prévu.Durant une récession, certains facteurs de risque de suicide peuvent inclure la perte d'emploi, saisi du domicile et la dette. La plupart des suicides impliquent des personnes souffrant de dépression clinique, note le rapport.Les chercheurs ont souligné que les taux de prescription d'antidépresseurs a augmenté de façon significative dans certains pays au cours de la récente récession. Par exemple, au Royaume-Uni, il y a eu une augmentation de 11 pour cent de ces prescriptions entre 2003 et 2007. Depuis 2010, les taux de prescription d'antidépresseurs ont augmenté de 19 pour cent.Cependant, Reeves et ses collègues ont expliqué que les différences dans les taux de suicide entre les pays touchés par la récession suggèrent que les suicides au cours d'un ralentissement économique sont évitables.Les chercheurs ont noté que les pays qui mettent en œuvre des programmes d'aide à l'emploi peuvent être en mesure de réduire les risques de suicide, . Ils ont estimé que pour chaque tranche de 100 $ par personne consacrés à des programmes offrant de l'aide aux chômeurs, le risque de suicide diminue de 0,4 pour cent."Une série d'interventions, de programmes de retour au travail par le biais de prescriptions d'antidépresseurs, peut réduire le risque de suicide pendant les ralentissements économiques futurs," a conclu reeves.Toutefois, selon l'étude co-auteur David Stuckler, "les suicides ne sont que la pointe de l'iceberg."Stuckler, un professeur de l'Université d'Oxford, a expliqué dans le communiqué de nouvelles que «ces données révèlent une crise imminente de la santé mentale en Europe et en Amérique du Nord. En ces temps économiques difficiles, cette recherche suggère qu'il est essentiel de trouver des moyens de protéger les personnes qui sont susceptibles d'être les plus durement touchés ".

Référence de l'étude citée :

Economic suicides in the Great Recession in Europe and North America

  1. David Stuckler
- Author Affiliations
  1. Aaron Reeves, PhD, Department of Sociology, University of Oxford, Oxford; Martin McKee, DSc, MSc, Department of Public Health and Policy, London School of Hygiene & Tropical Medicine, London; David Stuckler, MPH, PhD, Hon MFPH, Department of Sociology, University of Oxford, Oxford and Department of Public Health and Policy, London School of Hygiene & Tropical Medicine, London, UK
  1. Correspondence: Aaron Reeves, University of Oxford, Department of Sociology, Manor Road, Manor Road Building, Oxford OX1 3UQ, UK. Email: aaron.reeves@sociology.ox.ac.uk
  • Declaration of interest
    None.
Abstract
There has been a substantial rise in ‘economic suicides’ in the Great Recessions afflicting Europe and North America. We estimate that the Great Recession is associated with at least 10 000 additional economic suicides between 2008 and 2010. A critical question for policy and psychiatric practice is whether these suicide rises are inevitable. Marked cross-national variations in suicides in the recession offer one clue that they are potentially avoidable. Job loss, debt and foreclosure increase risks of suicidal thinking. A range of interventions, from upstream return-to-work programmes through to antidepressant prescriptions may help mitigate suicide risk during economic downturn.


http://bjp.rcpsych.org/content/early/2014/05/23/bjp.bp.114.144766.abstract

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire